Nepal Mountain Mobile hospital

Découvrez nos dernières actualités

28 mai 2015 - De retour de Pokali (Okhaldunga)

Toute l’équipe du Nepal Mountain Mobile Hospital est rentrée hier à Kathmandu. Une nouvelle fois, ce camp a permis de voir en consultation un nombre impressionnant de personnes.

Mais ce fut une aventure pour arriver au lieu-dit Ragani. Après avoir quitté la grande vallée de la Sunkhosi et remonter pendant un court moment celle de la Tamakhosi, nous avons emprunté avec les deux jeeps et l’autobus chargé de 3 tonnes de matériel, une route très cabossée, raide et étroite comme le Népal en compte tellement. 4h30 de route pour 42 kms!

Le camp fut rapidement installé. Le lieu de campement sur d’anciennes rizières avait été choisi car il se trouvait aux confins de trois vallées. Le lendemain, dès les premières lueurs de l’aube, les premiers patients se pointaient. La chaleur devint rapidement insupportable et des bâches furent installées pour permettre aux patients de patienter à l’ombre. Nous avons été aidés par des militaires du camp militaire tout proche pour organiser l’inscription de tout ce monde et réguler les passages aux consultations.

1348 consultations, 56 examens radiographiques, 147 échographies, 8 interventions chirurgicales, de multiples renouvellements de pansement et autres types de traitement furent réalisées durant ces trois jours, sous une chaleur torride.  Nourriture et eau ont été distribuées à toute cette foule  attendant patiemment leur passage à la consultation. Tel ce garçon de 10 ans, attendant au milieu de tout ce monde et arrivé le ventre vide, sans un parent, après 5 heures de marche pour faire soigner des blessures encourues lors du tremblement : un repas lui a été servi et il est reparti avec biscuits, bouteille d’eau et nouveau vêtement pour rejoindre son village et sa famille…

Plus de 150 bâches  furent distribuées sous le contrôle des militaires ainsi qu’un nouveau vêtement donné à chaque enfant.

La population,  essentiellement Tamang et Brahmine, semblait résignée à leur sort. Dans les villages, les abris se construisent avec tout type de matériau : bambous, anciennes tôles ondulées, bois en tout genre dont ils recouvrent le tout avec une bâche étanche. Les trois mois de mousson devront se passer ainsi.  L’état népalais estime que plus de 500.000 habitations devront être reconstruites.

La nouvelle année scolaire recommence  ces jours-ci avec 4 semaines de retard, souvent sous des abris de fortune…