Nepal Mountain Mobile hospital

Découvrez nos dernières actualités

Saison printanière 2019

Ayant démarrée un peu plus tôt cette année, la saison printanière se termine déjà.

Comme à chaque fois en début de saison, les tracasseries administratives de permis de travail et l’autorisation gouvernementale de pratiquer des camps médicaux nous ont occupés plus d’une semaine !

Obtenir un permis de travail au Népal correspond à un véritable parcours de combattant : passer d’un ministère à l’autre (ministère de la santé, ministère intérieur, ministère du travail, bureau d’immigration, ordre des médecins,…), y attendre la personne à rencontrer parfois pendant des heures… Au Népal, il faut s’armer de beaucoup de patience. Mais organiser des camps chirurgicaux sans permis de travail, pourrait avoir de graves conséquences.

Nous avons tout d’abord mené un camp dans le district de Dolakha gravement touché par le tremblement de terre de 2015. Ce district est situé à l’Est de Kathmandu. Comme à chaque fois, beaucoup de patients, surtout des enfants, ont pu être soignés et traités chirurgicalement.

Après quelques jours de repos à Kathmandu, nous avons mis le cap vers l’Ouest, où après trois jours de route pour 1.100kms, nous avons mené un camp chirurgical à Mangalsen dans le district de Aacham.

Ces deux camps ont permis de voir en consultation plus de 500 patients, dont 121 ont été opérés.

Si nous ne prenons en compte que les patients opérés, tout frais compté, y compris les salaires du personnel médical et non médical, une intervention chirurgicale effectuée cette saison, revient à 110 €. Nous restons persuadés de l’utilité de notre Hôpital Mobile pour les régions reculées du Népal et nous continuons à essayer de convaincre le gouvernement et plus particulièrement le Ministère de la Santé de promouvoir ce type d’initiative et la prendre en charge (partiellement ou totalement) afin de couvrir médicalement l’ensemble des districts reculés du Népal.